fr

UN MIRACLE À ASPEN - LE RECORD D'IVICA KOSTELIĆ

Nous sommes le matin du 25 novembre 2001 dans la station d'hiver américaine tendance d'Aspen. La fin de la première manche de slalom comptant pour la Coupe du monde approche, et au départ se prépare, avec le numéro 64 sur la poitrine, Ivica Kostelić de Zagreb, un skieur croate peu connu à l'époque. Kostelić démarre avec audace et prend des risques, car il sait que c'est la seule façon de faire un bon résultat.

Son audace s’explique alors aussi peut-être car il est encore jeune, il vient de fêter ses 22 ans il y a deux jours, mais aussi par le souvenir de l'accident qu'il a eu la saison dernière. En effet, alors qu’Ivica commençait à accumuler les points en slalom, il s’est gravement blessé au genou lors de l'entraînement du slalom géant et a dû subi une intervention chirurgicale suivie d’une phase de rééducation. La saison était finie pour lui. Il reprit l’entraînement en avril et aborda la Coupe du monde 2001/02. avec un beaucoup d’optimisme. Il remporta la 28e place et ses premiers points au slalom géant et espérait un tout aussi bon résultat au premier slalom de la saison.

Sur la piste d'Aspen, les blessures et la réhabilitation ainsi que les espoirs placés dans cette nouvelle saison étaient alors gravés dans son inconscient lors de cette lutte contre les portes du tracé. Avec un numéro de départ élevé, Ivica franchit la ligne d'arrivée septième, 85 centièmes de seconde derrière l'Autrichien figurant en tête, Maria Matt. Ce n’était pas la première fois qu’il pouvait rêver d’un bon placement final, cependant ces rêves ont régulièrement été brisées lors d’autres courses. Cependant, Kostelić ne faisait guère d’attention à ces statistiques.

C’est avec la même détermination qu’il aborda la deuxième manche. Et quand tout le monde, à l'exception bien sûr des supporters croates, s'attendait à une erreur sous la pression, Ivica réalisa un splendide parcours et conduisant le meilleur temps avec un avantage de 12 centièmes sur l’italien Giorgi Rocca et Matt qui enregistrait un retard de 19 centièmes.

Cette sensation ou, comme on l’a appelé à l'époque - le « miracle à Aspen », semblait irréelle, même pour Kostelić. « Il est évident qu’il s’agit d’un énorme exploit. Je regarde le gars avec le numéro 64 sur le podium et je ne peux pas croire qu'il soit là. Mais ça a de l’allure, n'est-ce pas », déclara Ivica après la course, célébrant son triomphe en portant un t-shirt avec l'inscription « Je ne suis pas un génie ».

Ivica a confirmé sa brillante victoire le jour suivant, toujours en slalom, en remportant la cinquième place, avec désormais un bien meilleur numéro de départ, le 23. Cela lui a alors permis de se classer définitivement parmi les meilleurs skieurs de slalom, et d’ici la fin de la saison il finit au top dix de tous les slaloms. À la fin de la saison à Flachau, en Autriche, dans une lutte avec ses concurrents directs - Bode Miller et Jean-Pierre Vidal, il remporta le Petit Globe de Crystal, décerné au meilleur skieur de slalom de la saison.

Au cours des années suivantes, Kostelić se spécialisa dans le slalom et le combiné, étant néanmoins l'un des rares skieurs à gagner des points dans toutes les disciplines. Lors de la saison 2011/2012, sa polyvalence lui permis de remporter le Grand Globe de Cristal et quatre médailles d'argent aux Jeux Olympiques d'hiver. Cependant, avec son « miracle à Aspen », ce Zagrebois détient toujours un record – celui de la victoire en slalom avec le numéro de départ le plus élevé.